mardi 31 octobre 2017

La grenouille et les animaux compétents


Toute bête voit le monde à sa mesure,
Et agit par nature plus que par raison,
Si bien que sachant déjà la solution,
Du problème posé elle n’a cure.

Une bourrasque l’ayant arrachée à la mare,
Mère grenouille, privée de ses têtards,
Perdit toute prudence et dans un râle,
Appela au secours la gente animale.

Le canard se posa d’abord et dit :
- Tu es certes trop grosse pour mon bec,
  Mais je puis ramener ici, bien au sec,
  Tes enfants chéris - Que nenni ! »

Alerté par les cris, l’âne vint au trot : 
- Ton étang est à courte distance,
  D'une ruade bien ajustée, je t’y lance.
- Ton sabot me tuerait, es-tu sot ?

Le goupil ayant écouté intervint :
- Apaise ton alarme car je me fais fort
  De t’emmener en ma gueule à bon port.
Las, pris de faim, il la croqua en chemin.

Face au client qu’on doit tirer d’affaire,
Les hommes sont assurément plus sages,
Jamais leur métier ne décide de l’ouvrage,
Ils font ce qu’il faut, non ce qu’ils savent faire.

samedi 23 septembre 2017

Manuel des Monstres

Attention ! Cette extension est destinée à être utilisée avec Budget & Planning tm, les règles de base, ainsi qu'avec Budget & Planning tm, le guide du manager. Elle est nécessaire pour tirer le maximum d'amusement de la campagne 2018-2020, La revanche du Grand Financier tm.

Elle est adaptée à des aventuriers de grade n-7 à n-4, déjà familiers des projets complexes.

Les personnages et créatures qui y sont décrits sont parfaitement fictifs, et toute ressemblance avec des personnes réelles serait purement fortuite. Juré craché.

Le Troll de Revue : Le Troll des Revues vit et se nourrit dans les revues de programme ou de gestion. Très lent, il n'inquiète d'abord pas. Mais, expert es-processus, c'est un adepte de la chasse à l'affût qui guette le moindre faux pas des aventuriers : un formulaire mal rempli, une incohérence entre le slide 3 et le slide 17, un compte-rendu de passage de jalon manquant, et crac, ses lourdes mâchoires se referment et il commence à sécréter son poison paralysant.
Notre conseil : la meilleure défense avec lui est l'attaque. A l'aide des compétences Excel, ou Règlement Intérieur, voire Logique Spécieuse, mettez au jour une faille dans ses propres données. Il se mordra alors la queue et s'empoisonnera lui-même.

La Harpie des Couloirs : la Harpie guette ses proies avec patience et obstination en les attendant dans les couloirs qu'elles doivent emprunter entre deux réunions. Ne vous fiez pas à son apparence décharnée, ses ongles longs et taillés en pointes sont faits pour agripper l'avant-bras et s'y enfoncer jusqu'au sang. La Harpie ne relâchera son étreinte qu'en échange d'une bribe de budget dont le montant dépend du grade de l'aventurier. Sensible à l'autorité, on peut l'éloigner momentanément avec un jet en Hiérarchie réussi, mais elle reviendra encore et encore à la charge.
Notre conseil : soyez imprévisible, masquez votre agenda, changez d'itinéraire et d'étage régulièrement.

Le Gobelin Geignard : le Gobelin Geignard est un ancien aventurier dont le projet est à l'arrêt, et qui, sous l'effet du dépit, s'est tout ratatiné et asséché. Il tentera de greffer ses activités au projet des aventuriers, même si elles ne leur sont d'aucune utilité, et ce en jouant sur la corde sensible. Les aventuriers qui ratent un jet de sauvegarde en Volonté doivent embarquer le Gobelin dans l'équipe ou subir l'effet d'une Dépression Passagère, sauf s'ils possèdent le talent rare Absence Totale d'Empathie, auquel cas ils sont immunisés.
Notre conseil : tentez un jet en Baratin, et mentez éhontément en expliquant au Gobelin que votre projet aussi est à l'arrêt ; il s'enfuira sans demander son reste.

Le Golem d'Argent : titan métallique à la force prodigieuse, le Golem d'Argent est insensible à toute forme d'attaque. Il est le gardien du trésor le plus convoité, les non-Lox. Substance magique, les non-Lox permettent d'invoquer un certain nombre de Régies, ou un nombre plus limité de Consultants, qui font tout le travail à la place des aventuriers. C'est une ressource absolument vitale pour les équipes ayant un score trop faible dans les compétences de la catégorie Productivité Personnelle. Le Golem ne s'efface que si l'on prononce à haute et intelligible voix le Code d'Imputation qui lui est propre. La recherche du Code d'Imputation peut être une très amusante histoire dans l'histoire qui occupera les aventuriers pendant des jours.
Notre conseil :  on peut obtenir ce code en combattant dans l'arène contre l'équipe d'un projet concurrent, ou encore par le truchement d'une très vieille assistante, au fond de l'aile W, qui elle même le tient de son ancien manager, et qui est certaine de l'avoir noté, ce satané post-it doit bien être quelque part, mais vous êtes sûrs de ne pas vouloir reprendre un gâteau sec en attendant ?

Le Daf : Daf signifie directeur adjoint aux finances en langue naine (la langue naine consiste essentiellement en des acronymes, ce qui la rend absconse et très difficile à apprendre, mais d'un autre côté, si vous aviez à graver des compte-rendus de réunion sur des parois en granite à la lumière d'une torche malodorante, vous useriez aussi de raccourcis). Le Daf, en dépit de sa petite taille, est l'adversaire le plus redoutable que vous puissiez rencontrer, car rien ne résiste à ses tranchoirs en adamantine grands comme des photocopieurs. Heureusement pour les aventuriers, il est extrêmement rare de le croiser ailleurs que dans son bureau ou dans la salle du comité exécutif, dans laquelle il exécute d'ailleurs à tours de bras.
Notre conseil : fuyez, pauvres fous.



samedi 26 août 2017

La dernière séance


Spéciale dédicace à un collègue musicos mais néanmoins fréquentable, qui s’inquiète  à juste titre de la multiplication des réunions tardives.

Eddy, c’est quand tu veux.
Trois, quatre…

C’est déjà vendredi soir,
Et il est vingt heure passé,
Le building est dans le noir,
Sauf la salle 14C,
Le meeting est terminé,
On est tous un peu sonnés,
Faut se rendre à l’évidence,
C’était la dernière séance,
Et le week-end va pouvoir commencer.

Il restait huit ou dix slides,
Que l’on n’a pas pu passer,
C’est rageant me souffle, aside,
Un participant frustré,
Il part voir sa belle-famille,
Il n’est pas loin de pleurer,
Plus question d’parler franglais,
Vivement qu’on soit Monday,
Car le week-end va devoir commencer.

Bye bye, les graphes et les logos
L’barco s’est arrêté,
Bye bye, là haut sur les diapos,
Mes camemberts chartés, chartés.

Les bullets ont défilées,
Comme dans un film de John Wayne,
Le ton est un peu monté,
Mais quand finit la semaine,
C’est toujours en happy end,
L’équipe est félicitée,
C’est vraiment du beau travail,
Mais il faut que l’on y aille,
Car le week-end va devoir commencer.

Bye bye, les drames, les trémolos,
Les positions outrées,
Bye bye, là haut sur les diapos,
Mes camemberts chartés, chartés.

Gary Cooper d’la finance,
Ou Garbo de la compta,
On a tous eu notre chance,
De se faire notre cinéma,
Mais il faut rentrer chez soi,
Ranger ses masques ou ses bas,
Retrouver nos enfants sages,
La batmobile au garage,
Car le weekend va pouvoir commencer.

dimanche 2 juillet 2017

Hyper Mario

- Ah, vous venez pour le poste de plombier ?
- Bonjour, merci de me recevoir, et oui, effectivement, j’aspire ardemment à vous rejoindre. Votre entité jouit d’une réputation qui irradie littéralement, et s’il y a une chose que je sais discerner, c’est le potentiel d’un collectif. Vous avez la vision, et quand elle se double d’un tel allant, on ne vit plus que dans l’espoir de monter à bord et de participer à l’aventure.
- C’est gentil ça. Mais vous êtes sûr que l’on parle du même poste ?
- Sans aucun doute. Je me passionne depuis toujours pour la mécanique des fluides, aussi bien à l’échelle macroscopique qu’au niveau atomique. Je le glisse en passant, j’ai un article en relecture chez « Nature ». Mais je veux avant tout dire que j’ai une vision très holistique de la plombisterie.
- Holistique de la … ?
- Oui. Il est trop facile de limiter son champs d’investigation à la physique, et d’oublier l’humain. Vous ne voudriez pas d’un robot analytique et froid ?
- Non mais…
- Évidemment. C’est pourquoi je consacre beaucoup de temps à la sociologie, à l’éthologie, et, plus prosaïquement, à l’étude comportementale. Je confesse à ce sujet plutôt faire partie de l’école anglo-saxonne, mais je reste très ouvert.
- Bien…
- Et puis je serais insensé de me présenter à vous sans pouvoir revendiquer une véritable sensibilité artistique. Sans fausse modestie, je suis avant tout un créateur qui n’aime rien tant que défricher, déstructurer et réinventer les codes de la discipline plombière. A titre personnel, j’expose régulièrement. Mon agent me garantit d’ailleurs la FIAC pour cette année.
- Très impressionnant. Mais…
- N’en dites pas plus ! Je sais que vous vous inquiétez : un artiste et le sens des affaires, ça fait deux. Je n’en tire aucune fierté, mais j’ai une facilité innée avec les chiffres, et j’ai un Master en International Trade & Finance. Je lis les bilans comme on boit de l’eau claire. Et attention, ne vous y trompez pas : j’ai l’air affable, mais en négociation, je suis un tigre.
- Je vous crois.
- Mais je parle de moi depuis le début, alors que tout ce qui compte ce sont vos enjeux et vos clients. Oubliez le parcours, et ne voyez en moi qu’une solution, « problem solver » est mon deuxième prénom. Quels sont vos principaux défis ?
- Ben dans l’ensemble, on a surtout des éviers bouchés.
- Vous voulez dire, métaphoriquement ?
- Heu, non, en général c’est plutôt manuellement.
- Bien bien bien. On réfléchit de part et d’autre et on se rappelle ?

Quand tu as la chance de trouver le mouton à cinq pattes, assure-toi quand même qu’elles ne soient pas toutes du même côté. Lao Tseu.

lundi 27 juin 2016

L'art du pitch

Bonjour, je suis Harry Dickhead, fondateur d'ASS Technologies, et j'ai cinq minutes pour vous parler d'une authentique révolution qui sera à la mesure de l'invention de l'alphabet, de l'imprimerie ou d'internet. Et je vous offrirai en conclusion l'opportunité unique de la faire éclore avec nous.

Vous avez lu partout que la tendance digitale est à l'intelligence artificielle. Avec la maturité nouvelle de la reconnaissance vocale, on ne compte plus les techno-gourous qui annoncent une déferlante de nouvelles expériences basées sur les réseaux de neurones et l'apprentissage profond, sur l'analyse des données et la reconnaissance de motifs, et sur tout une série de noms barbares qui sont inventés pour vous faire avaler une histoire trop lisse et trop belle pour n'être pas inquiétante.

Nous, chez ASS, on aime partir du client et de sa vie réelle avant d'imaginer nos produits. Fermez les yeux, et pensez un instant aux vraies personnes que vous connaissez. Des parents, des amis d'enfance par exemple. Ça y est ? Maintenant, posez-vous sincèrement la question : combien d'entre elles ont besoin d'un ordinateur premier de la classe qui soit capable de battre le champion du monde de go ? Pour ma part je pense à mon cousin Ricky, à qui on avait offert un jeu de go pour ses douze ans. Croyez-le ou non, il était fou de joie : c'étaient les meilleures munitions à lance-pierre qu'il ait jamais reçues.

Regardons les choses en face : l'intelligence est une chose qui est très surévaluée. Le vrai marché de masse, c'est la bêtise. Oh, je sais ce que vous aller objecter : la bêtise est tellement répandue que sa valeur doit être très faible. Certes, mais c'est précisément là que la puissance de l'informatique excelle.  Avec une valeur unitaire faible mais des volumes gigantesques, le coût marginal nul de nos algorithmes permettra de dégager des profits importants. Et nos frais fixes, contrairement à ceux des géants de la Silicon Valley, ne viendront pas ponctionner ces résultats car, par chance, l'ingénieur idiot est également beaucoup moins cher que l'ingénieur génial ! Or vous pouvez nous faire confiance, nous n'avons embauché que la crème de la crème.

Et il ne s'agit pas là d'une vague promesse : notre technologie est déjà opérationnelle. Mesdames et Messieurs, oubliez les Watson, Siri et autres Cortana, j'ai l'immense privilège de vous présenter Bébert !

(applause)

- Ok Bébert
- ...
- Bébert ?
- Hein ?
- Bébert, comment vas-tu aujourd'hui ?
- On fait aller, mais le temps est pourri.
- Tu t'intéresses à la météo Bébert ?
- Moi ce que je dis, c'est que comme par hasard le climat est détraqué depuis la taxe carbone.
- Et tu penses qu'il y a une corrélation, Bébert ?
- ...
- Bébert ?
- Abraham Lincoln ?
- Tu connais le président Lincoln, Bébert ?
- Non non, mais comme c'était la bonne réponse à la dernière question que je n'avais pas comprise, j'ai tenté ma chance. Mes programmeurs disent que c'est du superficial learning.
- Je comprends. Comment vois-tu la suite pour toi, Bébert ?
- Oh ben moi, tranquille, hein, peinard.
- Bien. Et pour finir, Bébert, as-tu un pronostic pour le match de ce soir ?
- Et bien dans la droite lignée des matchs précédents, face à une équipe à notre portée, je vois un match fermé, eu égard à la motivation d'adversaires qui vont vouloir tout donner sur cette rencontre qui est certainement le match de leur vie. Il nous faudra être patient pour faire sauter le verrou et surtout répondre présent physiquement en milieu de terrain, secteur dont on sait que c'est notre point de fragilité depuis la série de blessures qui nous a malheureusement frappée.
- Merci Bébert, je pense qu'on peut l'applaudir !

(applause)

Et bien cette aventure incroyable, vous pouvez en être aussi. Il vous suffit pour cela d'entrer au capital d'Advanced Synthetic Stupidity dès aujourd'hui, à un niveau de valorisation qui rendra incrédules vos petits-enfants quand vous leur raconterez votre histoire sur le yacht familial dans le soleil couchant de l'océan indien. Les bulletins de souscription sont sous vos sièges, alors faites comme Bébert : ne réfléchissez plus !