mercredi 2 avril 2014

L'agilité du parpaing


Une mouche vrombissante survolant un chantier,
fit d’un parpaing esseulé un perchoir et le compagnon d’un instant.

- Comme je te plains de ta pesanteur, et comme je me réjouis d’être agile, entama l’insolente
- Garde ta sollicitude, minuscule amie, car je me targue d’être plus agile que toi, répliqua le bloc de ciment
- Tu galèges, solide et bienvenu support, je puis moi être ici à cet instant et ailleurs plus tard !
- Et moi, qui te dis que je ne serai pas dans peu de temps dans une maison, un hangar, un gratte-ciel ?
- Je peux marcher aux murs
- Et moi je puis être le mur
- Mes ailes battent si vite que je peux voler sur place
- Et tu contemples en moi le roi du sur-place
- Oui, mais je peux aller au-dessus des maisons
- Et moi, à la seule condition qu’on me jette avec assez de force, je peux voler plus haut encore !

Lassé du débat, l’insecte s’envola et ne reparût plus.
Le parpaing, ravi d’avoir fait mouche,
reprit le cours de ses songes.