dimanche 28 juin 2015

Métaphore électronique


Et bien tu vois, le papa, il plante une petite graine dans le ventre de la maman, et le bébé il pousse à l'intérieur, comme les lentilles que tu avais posé sur du coton mouillé, tu te rappelles ?

Il faut toujours adapter ses métaphores à l'audience. Prenez des managers ingénieurs, par exemple. Comment leur dire qu'il ne sont pas nécessairement d'une grande aide à leurs équipes en répétant plus fort ce que leur collaborateurs pensent, mais qu'il doivent plutôt permettre aux tensions négatives de devenir une source de transformation ?

Et bien tu vois, le chef d'aujourd'hui, il ne doit plus se comporter comme un ampli-op, mais comme un pont de diodes, comme ceux de ton TP de deuxième année, tu te rappelles ?

Dans un monde connecté, la transmission du signal n'est plus un enjeu : laissez parler tout le monde avec tout le monde directement, vous n'avez pas de valeur ajoutée à être en amplification : au mieux vous détériorez le rapport signal sur bruit.

Si vous savez, par contre, prendre le contre-pied du signal, non pas afin de contrarier mais au contraire pour faire croître le libre arbitre et l'autonomie de votre équipe, vous aurez une petite chance d'être utile. Bien sûr, le manager ampli-op peut être aimé, mais il serait fou de se croire indispensable pour autant.

Le dernier numéro de pour la science propose une métaphore magnifique, qui compare l'explosion évolutionniste du cambrien, peut-être causée par la clarification des océans et le développement de la vision et des multiples stratégies afférentes, et la diversification des organisations humaines sous l'effet de la transparence des informations et de l'immédiateté des échanges permises par internet.

Pour tout scientifique qui s'intéresse aux organisations humaines, c'est une très belle image.